28/05/2014

Rencontre freelance en 10 questions

Pour faire découvrir aux lecteurs/trices le métier d'indépendant(e) (ou l'indépendance du métier ...), j'ai décidé de lancer une série intitulée "Rencontre freelance en 10 questions". Je vous présente ma toute première collègue à se prêter au jeu avec beaucoup d’enthousiasme, Les piles intermédiaires.

1. Qui es-tu ?

Les piles intermédiaires, 33 ans, traductrice depuis 2003, passionnée par mon métier et par ses à-côtés, cinéphile, sériephile, chaussurophile, blogueuse sur tout et rien depuis 2009. 

2. Quel genre de traductions fais-tu ?

Depuis que j’ai repris mon activité indépendante en début d’année, principalement de la traduction de documentaires (voice-over et sous-titrage), du sous-titrage de fictions ou de spectacles quand on m’en propose, ainsi qu'un peu de traduction généraliste, juridique et économique. 

3. Pourquoi as-tu décidé de devenir traductrice indépendante ?

Pour les langues, la langue, et pour l’amour du cinéma. Au fond, ce qui me motive, m'intéresse et m'amuse, je crois que c'est surtout le plaisir de faire un métier d’écriture. Quant au statut indépendant, c’était un peu un choix par défaut au départ : je cherchais un emploi salarié à la fin de mes études, je n’en ai pas trouvé, mais deux entreprises m’ont proposé de faire de la traduction free-lance pour elles. Et depuis, un ou deux passages plus ou moins longs par le salariat m’ont permis de constater que la traduction indépendante était ce qui me convenait le mieux, en tout cas pour l’instant… 

4. Si tu n’étais pas traductrice, tu serais …

Je me le demande souvent ! Si on m’avait mis un ordinateur entre les mains beaucoup plus tôt, j’aurais peut-être fait quelque chose dans cette voie-là. Les langages de programmation me fascinent, ce sont des langues dans lesquelles on n’a pas le droit à l’erreur, l’interlocuteur étant en général assez peu enclin à comprendre une « phrase » à la syntaxe imparfaite… Et des langues en perpétuelle évolution qui permettent de faire plein de choses utiles et créatives. Mais j’ai découvert tout cela bien trop tard. J’ai aussi envisagé de travailler dans le secteur culturel, un temps. 

5. Quand tu ne traduis pas, tu fais quoi ?
Très peu de choses intéressantes ou originales. Je vois des films et des séries, beaucoup de films et de séries. Je bouquine quand j'en ai le temps. Je refais le monde autour d’une bonne bouteille avec des amis. Je participe aux activités d’une association de traducteurs et m’occupe notamment avec deux confrères de la publication d’une revue en ligne sur la traduction/adaptation audiovisuelle. Ça prend du temps, mais c’est passionnant.

6. Plus gros coup de gueule ?

Voilà une colle… Je râle trop pour avoir « un » plus gros coup de gueule, j'en ai peur.  

7. Meilleur moment ?

Ces derniers temps, le retour à la traduction audiovisuelle en indépendante. C'est un bonheur de retrouver le support audiovisuel, la fusion de l'oral et de l'écrit que suppose ce type de traduction, le boulot en pyjama quand vraiment la journée a du mal à démarrer, la variété des traductions, la possibilité de dire « non » à un projet sans intérêt... [Insérer ici un énorme smiley béat.]

8. Un conseil à un traducteur qui débute ?

Rendez service à votre amour-propre et au secteur tout entier : ne vous bradez pas, c'est généralement un mauvais calcul...  Mais persévérez si les débuts sont difficiles, il faut un peu de temps pour trouver son rythme de croisière, c'est le lot de toute activité indépendante (oui, bon, ça fait deux conseils).

9. Un conseil à un client qui a besoin d’une traduction ?
Prenez soin de vos traducteurs ! Un traducteur heureux et respecté est un traducteur qui travaille bien et qui a envie de se mettre en quatre pour son client sympa. 

10. Où tu te vois dans 5 ans ? 10 ans ?

Dans cinq ans, à peu près au même endroit et faisant à peu près la même chose. À plus long terme, je ne sais pas où me porteront mes pas ni si je resterai dans la traduction audiovisuelle… Bien que je sois ravie d’avoir renoué avec ce secteur depuis quelques mois, je trouve globalement sa situation assez déprimante. Entre autres pistes, j'envisage une spécialisation plus poussée dans la traduction juridique, un domaine qui me passionne, mais ce n’est qu’un vague projet pour l’instant. 

Why choose me

Professional linguist with 13 years' experience
Translator, teacher & interpreter since 2004
Member of the Chartered Institute of Linguists
Member of the International Association of Professional Translators & Interpreters

Translation experience
Certified translation of official documents:
- birth/marriage/divorce certificates
- diplomas, transcripts & references
- legal/medical/insurance documents
Academic articles/literary essays
Business/marketing communications
CRM software

Interpreting experience
Court hearings
Medical and work-related
Edinburgh International Film Festival 2010
Arts/cultural events
'Fixer' for French TV

Teaching experience
Language assistant at prestigious Fettes College
Teacher at 3 leading UK universities
Organised a T&I workshop

Qualifications
First degree in English Studies
MSc in Translation Studies
Professional Graduate Diploma In Secondary Education (French & Spanish)