07/05/2015

Rencontre freelance en 10 questions

Amend in Style Translations fait une nouvelle "Rencontre freelance en 10 questions" et donne cette fois la parole à Cindy de Passionatrad.



1. Qui es-tu ?
Cindy Mittelette, 31 ans. J’ai créé mon entreprise individuelle, Passionatrad, en 2007. Je suis traductrice de l’anglais et de l’italien vers le français, interprète de liaison et formatrice de langues près de Compiègne, dans l’Oise.

2. Quel genre de traductions fais-tu ?
Je traduis principalement dans les domaines du juridique, de l’agriculture, de l’environnement et de l’écologie, notamment pour la Commission européenne. Je fais également des traductions techniques (aéronautique, transport ferroviaire, construction, sécurité, informatique), médicales (psychanalyse, dispositifs médicaux) et plus générales (tourisme, mode, cuisine). En somme, les plaisirs sont variés !

3. Pourquoi as-tu décidé de devenir traductrice indépendante ?
J’ai toujours voulu travailler dans les langues. La capacité à s’exprimer en passant d’une langue à l’autre, les interactions avec d’autres cultures et les expressions propres à chaque langue m’ont toujours fascinée. J’ai eu la chance de pouvoir partir vivre quelques années en Italie, au cours desquelles mon destin professionnel s’est affiché : je souhaitais pratiquer mes langues au quotidien, faciliter la communication entre les individus (à l’écrit comme à l’oral) et donner le goût d’apprendre les langues que je maîtrise à d’autres. Je me suis donc créé une profession « à la carte », en devenant à la fois traductrice, interprète et formatrice indépendante.

4. Si tu n’étais pas traductrice, tu serais …
Je ne sais pas, j’avoue que j’imagine difficilement ma vie autrement qu’en tant que traductrice ! En tout cas, un métier qui se rapporte aux langues et aux cultures étrangères.

5. Quand tu ne traduis pas, tu fais quoi ?
Je donne des cours de FLE (français langue étrangère) et d’italien à des adultes en entreprise pour un grand centre de formation. En dehors du travail, je fais régulièrement du sport, un bon moyen d’évacuer la pression (et les calories, car j’adore cuisiner !). Je suis également passionnée de lecture et de photographie.

6. Plus gros coup de gueule ?
Contre l’injustice qui touche notre statut en France, le côté « marche ou crève » de notre catégorie professionnelle, la seule qui ne donne droit à aucune indemnité journalière en cas d'hospitalisation, d'accident ou de maladie, et ce quelle que soit la durée de l'arrêt de travail ou la gravité de l'événement.
Pour nous protéger en cas de coup dur, pas d'autre choix que de souscrire à une assurance privée. Cependant, un questionnaire médical très détaillé est à remplir et les prestations sont bien sûr calculées en fonction de l'état de santé (autrement dit, du facteur risque) au moment de la souscription.

7. Meilleur moment ?
Mon activité m’offre de très beaux moments. Les meilleurs sont certainement lorsque mes clients me félicitent pour mes traductions, me disent que notre collaboration est un réel plaisir et reconnaissent mon travail. J’adore aussi constater les progrès réalisés par mes « élèves » en formation. Dernièrement, une stagiaire japonaise était ravie de m’annoncer qu’elle parvenait désormais à se faire comprendre des médecins et des vendeurs dans les magasins. Un vrai bonheur !

8. Un conseil à un traducteur qui débute ?
Il est important de se créer un réseau de collègues, avec qui échanger et demander des conseils. Je recommanderais la lecture de How to succeed as a freelance translator de Corinne Mc Kay, un petit manuel rempli de conseils utiles. La SFT propose également des formations intéressantes lorsqu’on débute, notamment sur la création d’un portefeuille clients et sur la comptabilité pour les traducteurs indépendants. Autre conseil : bien délimiter son espace de travail et se fixer des limites au niveau des horaires. C’est parfois difficile de « décrocher » quand on travaille chez soi.

9. Un conseil à un client qui a besoin d’une traduction ?
Je lui rappellerais qu’une traduction doit être effectuée par un traducteur professionnel de langue maternelle. C’est le sérieux, la réputation et l’image de l’ensemble de l’entreprise qui sont en jeu. Je lui recommanderais également de bien communiquer avec son traducteur pour qu’il connaisse exactement ses attentes et soit ainsi en mesure d’y répondre.

10. Où tu te vois dans 5 ans ? 10 ans ?
Au même endroit, exerçant toujours la même activité, toujours à mon compte. Mais peut-être sous la forme d’une société avec quelques collaborateurs de confiance, aussi passionnés que moi.

Why choose me

Professional linguist with 13 years' experience
Translator, teacher & interpreter since 2004
Member of the Chartered Institute of Linguists
Member of the International Association of Professional Translators & Interpreters

Translation experience
Certified translation of official documents:
- birth/marriage/divorce certificates
- diplomas, transcripts & references
- legal/medical/insurance documents
Academic articles/literary essays
Business/marketing communications
CRM software

Interpreting experience
Court hearings
Medical and work-related
Edinburgh International Film Festival 2010
Arts/cultural events
'Fixer' for French TV

Teaching experience
Language assistant at prestigious Fettes College
Teacher at 3 leading UK universities
Organised a T&I workshop

Qualifications
First degree in English Studies
MSc in Translation Studies
Professional Graduate Diploma In Secondary Education (French & Spanish)